Plateforme Nationale de Frittage Flash




Rechercher


Plateforme Nationale de Frittage Flash

La Plateforme Nationale de Frittage Flash (PNF2) est ouverte à tous les laboratoires publics et privés souhaitant réaliser des mise en forme de tout type de matériaux par Spark Plasma Sintering (SPS).

Elle est équipée de deux appareils SPS, Sumitomo Dr Sinter 2080 et FUJI 632Lx, qui permettent la réalisation d’échantillons de 8 mm de diamètre jusqu’à 100 mm de diamètre et des épaisseurs allant jusqu’à quelques centimètres.

Ces appareils permettent d’effectuer des cycles de frittage jusqu’à 2200°C avec des pressions appliquées de 150 MPa maximum. l’atmosphère de travail peut être le vide, l’azote, l’argon ou l’air (dans certaines conditions).


Actualité

De argiles pour le transport ou le stockage de (bio)molécules

Les hydroxydes doubles lamellaires*, plus communément appelés argiles anioniques, sont des matériaux structurés en feuillets entre lesquels peuvent s’intercaler diverses molécules. Ils sont donc susceptibles de transporter, fixer, voire délivrer des molécules d’intérêt, ce qui leur ouvre des applications dans le domaine de la santé, pour la production d’énergie ou encore la dépollution. Cependant, ils sont la plupart du temps obtenus sous forme non cohésive, en suspension dans l’eau par exemple, ce qui limite leurs domaines d’utilisation.

En développant une approche originale de frittage/consolidation à basse température dont ils font partie des pionniers, des scientifiques du Centre inter-universitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux (CIRIMAT/CNRS/Université Paul Sabatier/INP Toulouse) sont parvenus, en collaboration avec Dongguk University en Corée du Sud, à les obtenir sous forme de monolithes solides présentant une cohésion tridimensionnelle. Il devient alors possible d’envisager leur utilisation comme substituts osseux, membranes de filtration/rétention de polluants, catalyseurs ou électrolytes solides.

Voir l’article complet

Des cibles mises en forme à la PNF2 sont sur Mars !


Afin de prendre le relais du rover martien Curiosity, la mission de la NASA Mars 2020 a acheminé un nouveau rover, Perseverance, sur la planète rouge. L’appareil est équipé du module multi-analytique SuperCam, plus performant que le ChemCam de Curiosity. Ce laboratoire embarqué contient en particulier un spectromètre d’émission atomique de plasma induit par laser (LIBS), chargé d’étudier les roches martiennes et rechercher d’éventuelles traces d’une activité biologique. Pour rester précis malgré les conditions rudes et changeantes de Mars, le LIBS doit être régulièrement calibré. Pour cela, il embarque des échantillons conçus en laboratoire et dont la composition est parfaitement connue, pour permettre l’analyse de roches et de composés de référence dans des conditions identiques. Des chercheurs du Centre interuniversitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux (CNRS/Toulouse INP/Université Toulouse 3 Paul Sabatier), épaulés par des collègues de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (CNRS/Université Toulouse 3 Paul Sabatier/CNES), du Centre de microcaractérisation Raimond Castaing (CNRS/Université Toulouse Paul Sabatier/Toulouse INP/INSA Toulouse) et de la Plateforme Nationale de Frittage Flash (PNF2, CNRS) ont conçu de A à Z une cible de calibration embarquée par SuperCam. Au total, trente-six pastilles de calibration différentes, dont certaines densifiées à la PNF2, sont installées sur un porte-échantillon conçu en Espagne, et l’analyseur LIBS pourra sélectionner les cibles pertinentes en fonction des roches analysées.

Après un long voyage, les cibles sont maintenant sur Mars !